ACCUEIL

CATALOGUE
SÉRIE QR
POLYGRAPHE
PORC-ÉPIC
ÉCHO
NOVA
OVNI
ERRES ESSAIS
PHACOCHÈRES
LA TABLE DES MATIÈRES

AUTEURS

ACHAT EN LIGNE

LE QUARTANIER
MANUSCRITS

OVNI MAGAZINE

BLOGUE QR







+



De Bartleby aux écrivains négatifs :
une approche de la négation
/ PATRICK TILLARD

+

Erres Essais, avril 2011, 476 p. — format : 14 × 20,3 cm
34,95 $ / 26 € — ISBN 978-2-923400-79-2



EXTRAIT EN PDF : sommaire, avant-propos et introduction



> Finaliste au Prix du Gouverneur général 2011 —
Catégorie essai




L’objet de cet essai est d’étudier les postures du refus de plusieurs écrivains négatifs modernes et contemporains, de comprendre leur volonté d’absence et les motivations de leur exil de la littérature.

Les silences littéraires de Magloire-Saint-Aude, Colette Peignot, Jean-Pierre Issenhuth, Paul Nougé, Herman Melville, Fernando Pessoa et Robert Walser y sont analysés. La figure du Bartleby de Melville, les obsessions littéraires de Enrique Vila-Matas, les détournements de Perec sont aussi convoqués. Chacun de ces registres permet d’illustrer la portée inquiète de leurs congés de la littérature, la qualité de leurs silences, l’opiniâtreté de leurs refus.

Portant sur des écrivains « négatifs » apparemment divers, cet essai pose la question d’une écriture poétique non neutralisée par le formatage littéraire et la culture industrielle. Il invoque au contraire un imaginaire tourné vers l’inspiration et ayant renoncé aux formes et aux thèmes imposés par l’idéologie régnante de l’éphémère et du paraître.

Certaines caractéristiques de ces bartlebys contemporains sont issues des propositions du fait littéraire, d’autres se fondent sur la vie même, plusieurs se bâtissent par la grâce ou le malheur du processus créatif, et quelques-unes incarnent, bien plus que le renoncement littéraire, la volonté de disparaître devant la pénurie de lumière attribuable à la littérature.



LA PRESSE

« Une fascinante porte d'entrée sur un monde de doutes et de signification. Et un questionnement plus que pertinent sur la valeur de la littérature à notre époque bercée par les gazouillis et les effets pervers du loisir littéraire. »
Christian Desmeules, Le Devoir, 26 nov. 2011
Lire l'article complet.