ACCUEIL

CATALOGUE
SÉRIE QR
POLYGRAPHE
PORC-ÉPIC
ÉCHO
NOVA
OVNI
ERRES ESSAIS
PHACOCHÈRES
LA TABLE DES MATIÈRES

AUTEURS

ACHAT EN LIGNE

LE QUARTANIER
MANUSCRITS

OVNI MAGAZINE

BLOGUE QR






+









Hongrie-Hollywood Express (1984, vol. 1)
ÉRIC PLAMONDON

+

Série QR, roman, avril 2011, 174 p. — format : 13 × 19,7 cm
21,95 $ / 18 € — ISBN 978-2-923400-84-6



EXTRAIT EN PDF



> Finaliste au Prix des libraires 2012



Aussi d'Éric Plamondon :
Mayonnaise
(1984, vol. II – finaliste au Grand Prix du livre de Montréal 2012,
au Prix des libraires 2013 et au Prix littéraire des collégiens 2013)

Pomme S
(1984, vol. III – finaliste au Prix des libraires 2014)



Quand Gabriel Rivages raconte la vie de Johnny Weissmuller (1904–1984), c’est tout le patchwork américain qui s’anime, des exploits sportifs à l’underground littéraire, de la gloire cinématographique aux déclins obscurs. Burroughs vend des taille-crayons, Einstein croise un chasseur d’écureuils, on joue au golf à Cuba, JFK est devenu un aéroport, le record du monde du 100 mètres nage libre est brisé, Tarzan sauve Jane, un comptable véreux s’enfuit avec la caisse, la Seconde Guerre mondiale fait des vagues sur le lac Michigan et un mythe vivant finit placier dans un restaurant de Las Vegas.

Hongrie-Hollywood Express est le premier roman de la trilogie 1984. Les deuxième et troisième volumes, Mayonnaise et Pomme S, mettront en scène l’écrivain Richard Brautigan et Steve Jobs, l’homme d’Apple.



CRITIQUE

« Il est assez difficile de dire ce qui fait le génie de ce roman. Il y a Weissmuller bien sûr et cette fascination immédiate qu'exerce sur le lecteur ce tableau amusé et sinistre d'une décadence individuelle, ce passage de l'Hollywood flamboyant à l'oubli (l'homme est gros). Par delà cette dimension, l'intérêt immense de Hongrie-Hollywood Express tient dans la légèreté de sa composition, dans son écriture aérienne et poétique sur chaque mot. Tout ici est en place, jusque dans la justesse du collage, la place du moindre commentaire est idéale. [...] Plamondon n'est pas Burroughs, ni l'un des princes consorts du collage ou du néo-formalisme occidental. Il fait un roman pour tout le monde avec des ciseaux de compétition. C'est un écrivain qui porte aussi bien le jabot que le slip léopard et cela se sent à pleines narines ici. Hongrie-Hollywood Express est une merveille qui mériterait de s'écouler par wagons. Une partie des droits irait à Tarzan et à ses héritiers. L'autre irait au financement de la fondation Plamondon et droit à l'écriture de ses deux tomes suivants qu'on attend avec la plus grande impatience curieuse. Caribou, pépite d'or. » *****
Benjamin Berton, Fluctuat, 30 nov. 2011
Lire l'article complet.

« La trajectoire de l'étoile Johnny Weissmuller est à elle seule une démonstration de l'impitoyable loi de l'attraction universelle : tout ce qui monte doit évidemment redescendre. Et certaines déchéances, bien lentes, délicieusement pathétiques, gardent le même éclat que celui des réussites qui les avaient devancées. [...]
Sorte d'autobiographie accélérée, Hongrie-Hollywood Express profite aussi d'un narrateur alter ego de l'auteur, Éric Plamondon, qui a vécu, a bu, a lu (« surtout Brautigan ») et dont l'existence retentit de questions « encore brûlantes, non tranchées, non résolues ». À 40 ans, Gabriel Rivages, qui a fait 36 métiers, interroge son avenir et se souvient de son enfance lointaine et des films de Tarzan. Il en profite bien entendu pour exhumer le destin tortueux de Johnny Weissmuller : la comparaison peut parfois consoler. [...]
Un roman rapide, légèrement oblique et déjanté, qui porte haut la nostalgie des rêves d'enfant et le parfum des après-midis pluvieux à regarder Ciné-Quizz à la télévision. »
Christian Desmeules, Le Devoir, 28 mai 2011 [Lire l'article]

« Pour composite qu'il soit, l'objet dépasse l'élémentaire pied de nez aux conventions narratives en inventoriant les absurdités du vedettariat, qui seraient peut-être aussi celles de l'existence. Un roman pour la génération Wikipédia. »
Dominic Tardif, Voir, 19 mai 2011 [Lire la recension]

« Eh bien, malgré le fait que je commençais ce livre pour des mauvaises raisons, je dois dire qu'il m'a complètement happée pour les bonnes. Ce portrait par petites touches de Johnny Weissmuller est brillamment écrit. Ces morceaux épars qui se retrouvent réunis sans logique apparente sont savoureux. [...]
Intrigante cette trilogie? Je ne vous le fais pas dire! Et si les deux prochains romans sont à la hauteur de celui-ci, je peux vous assurez qu'on va se régaler! Seul problème, le deuxième tome ne va paraître que dans un an, c'est long ! »
Marie-Hélène Vaugeois, blogue de la Librairie Vaugeois,
1er mai 2011 [Lire l'entrée de blogue]